Dans cette rubrique, nous allons vous donner quelques conseils pour aborder au mieux une course d’obstacles.

Tout d’abord, nous allons voir le sac pour partir en course, puis la tenue pendant la course.


sac

Le sac

- une serviette
- un gant de toilette, pratique pour enlever la boue
- un sac poubelle pour mettre les vêtements et un pour les runnings
- de l’arnica ou pansements pour les bleus et autres bobos.


bonnet

La tête

Le port d’un bonnet n’est pas recommandé car il devient rapidement une éponge dès qu’il est mouillé. Pour les épreuves particulièrement froides, il peut cependant s’avérer utile : choisissez alors impérativement un bonnet en matière technique non-absorbante.
Buff – pour les mêmes raisons que le bonnet, le buff (ou « tour-de-cou ») n’est pas recommandé. En cas de temps hivernal, privilégiez plutôt un top avec un col montant.
La casquette entraîne les mêmes problématiques que le bonnet.
Le head band peut être une solution surtout lorsqu’il fait chaud, par ailleurs sur certaines courses ils sont fournis, comme pour les Spartan Race. Ces derniers sont pratiques contre la transpiration.


maillot

Le haut

Un T-shirt technique type « compressif » et « dry fit » est la meilleure option. Léger même mouillé, il préservera votre liberté de mouvement. Les autres avantages des t-shirts techniques sont que certains favorisent le maintien musculaire et les échanges thermiques. Ces derniers s’accrocheront aussi moins sur les obstacles. Des manches longues peuvent être un plus pour protéger vos coudes lors des sessions de ramping. Pour les mudders les plus fiers de leurs pectoraux/ventre plat, vous pouvez aussi y aller torse nu/en brassière, ça fait partie du jeu et donne un côté plus spartiate.


gants

Les gants

Les gants ne sont pas indispensables, mais ils peuvent être utiles pour protéger vos mains des cordes, cailloux, échardes... Les mitaines ou gants type vélo VTT sont déconseillés car une fois mouillés, ils glissent et ne servent donc à rien.


short

Le bas

Le short de combat (MMA) est populaire auprès de certains car il sèche très rapidement mais il est grand et ample.

Un short classique reste la meilleure option. Mais évitez les matières trop "éponges" comme les shorts de football ou en matières synthétiques car ils se collent souvent aux cuisses et entraînent des échauffements. De légères protections peuvent être ajoutées au niveau des genoux (type genouillères) mais cela à tendance à être plus gênant qu’autre chose surtout lorsque les protections sont mouillées. Si vous prenez des collants de running, ils sont souvent fragiles mais ont l’avantage d’être prêt du corps. Certains doublent les cuissards ou collants avec un short !


chaussures

Les chaussures

Les plus adaptées sont les chaussures de type « trail ». Adaptées à la course à pied en terrain accidenté, elles ont l’avantage d’avoir de bons crampons par rapport à de simples running. Certaines marques comme Reebok proposent même des modèles spécialement conçus pour la course d’obstacles.
Cependant, si vous ne comptez pas investir dans du matériel, vous pouvez aussi choisir votre fidèle paire de running avec laquelle vous avez avalé des kilomètres et leur offrir un dernier moment de gloire. Mais oubliez de grâce les baskets en toile ou les baskets type « tennis » car vous augmenterez vos chances de tomber et de vous blesser.
Dernier conseil : serrez-bien vos lacets ! Il n’est pas rare que des chaussures soient perdues dans la boue.
Le plus important dans votre choix de chaussures est d’avoir des crampons, de bons appuis et aussi de vous sentir confortable.